• Évidemment que j'y pense. Parfois ça me bouffe. Quand je suis moins forte. Cette porte fermée, verrouillée de partout, qui a emmuré l'amitié vivante et ouvert une brèche dans laquelle s'est enfuie la confiance...l'amitié crève, l'amitié meurt, le poison vient parfois de son intérieur...l'avant se fragilise, pâlit, perd ses couleurs, qu' est ce qui a vraiment existé finalement... C'est une rupture, une disparition. Un deuil. Déni, colère, déni, colère. Qu'en faire ? Peu importe l'amour. L'amitié est nécessaire. Je ne l'ai pas decouvert, hein, c'est la force vitale qui coule dans mes veine et irrigue mon parcours, depuis toujours, et tu le sais. Alors une partie de moi se desseche depuis. Il est temps que tu le saches et que tu cesses de fantasmer sur des soi disant feux d'artifices ou je ne sais quel miracle qui ferait que l'amour s'autosuffit. De toute façon la blessure est trop large. Je n'ai pas d'illusions. Juste sortir les mots de moi.


    votre commentaire
  • Ils étaient là, deux ados emmêlés

    Sur les marches du lycée

    Elle portait un fuseau qui laissait ses chevilles dénudées

    Lui un jean délavé

    Il  portait ses Nike abîmées

    Et ses Adidas avaient beaucoup marché

     

    Les petites lattes en bois sur le sol rouillé

    Faisaient comme un clavier

    Un clavecin enchanté

    Qu’ils n’osaient pas fouler

     

    C’est leurs pieds que j’ai remarqués

    Cette précieuse légèreté

    Que leur corps viendra magnifier

    Quand leurs chaussures seront délacées.

     

    novembre 2020 (atelier d'écriture bricabook)


    votre commentaire
  • Tes yeux qui lacèrent mon cœur, je saigne en bleu...


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Alors que recueillie

    A tes côtés

    Quand cèdent les voluptés

    Enfin j’oublie,

    Moi

    Les mots soufflés à l’oreille

    Les mots de toutes ces longues veilles

    Avant toi

     

    Ton grand corps qui repose

    Et cherche mon soutien

    Éperdue je m’accroche au tien

    L'épine même est agréable quand on y voit une rose 

     

    La nuit apporte son lot de terreur

    Dans mes bras je sens ton corps qui frissonne

    La tendresse apporte son lot de bonheur

    Et ton regard qui s’en étonne

     

    De mes mots caressants

    Tu t’inquiètes et  t’alarmes

    Au creux de tes yeux perlent deux larmes

    C’est ton âme que tu répands

     

    Et moi atteinte

    Dans ma chair par tant de douleur

    J’écoute ta plainte

    Déchirer mon cœur

     

    Ton rire est la fulgurance même          

    Toute la lumière que j’aime

    Dans ce moment de retour à toi

    Si je sers au moins à cela, moi

    Je veux entrevoir les Iles Fortunées

    Avant que ne vienne retentir

    Les sirènes qui ne cessent de me dire

    Que l’amour n’attend pas des années

    Pour mourir

     

    Fermons les yeux sur l’avenir

    Chavire avec moi, homme inattendu et plonge

    Nous allons vivre le songe

    Quand bien même un mensonge dit qu’il faut savoir finir…

     

    juillet 2020


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce matin Boucle avait revêtu

    Son regard fixe de hibou

    Farfouillant à bride abattue

    Dans son coffret à bijoux

    Elle en tira quelques cailloux

    Qu’elle se glissa autour du cou.

     

    Affalé sur le tapis mou

    Le chien soupirait par à-coups

    La suivant d'un œil doux.

    Il appartenait à  « Mon chou »

    Qui la trompait sans vergogne, son époux.

     

    Boucle regardait l’animal

    De son regard d’animal fou

    Lui balança pour la peine

    Dans le flanc, deux ou trois joujoux.

     

    Elle se prit d’un rire - hyène

    Enjamba le garde-fou

    Tomba pieds-nus sur le sable roux.

     

    Se trouvant moche comme un  pou

    Elle se savait reine, sorcière, marabout

    « Hibou, bijou, caillou, chou, joujou, … »

    Susurrait-elle peu ou prou,

    L’eau lui montait déjà aux genoux…

     mars 2020


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires